bandeau actualite

Blog, médias vidéos et actualités Neo Sphere

De quoi vivent les Organismes de Formation ?

cfa neosphere

Par Marc Tatillon, notre coach Entreprise.

Faisons de suite la distinction entre les cabinets de formation, dispensateurs de modules courts à destination des entreprises et qui émargent directement au travers des « plans de développement des compétences » de leurs clients ; et les OF qui se financent essentiellement sur les fonds publics. Pour les premiers, il est probable que la vie continuera, juste en s’adaptant aux nouvelles contraintes de Qualité et autres process administratifs de certification ... pour les seconds, l’avenir parait plus compliqué.

Adieu mon CIF, adieu...

La transformation du CIF en CPF de Transition s’est accompagnée d’une chute vertigineuse du nombre de financements possibles, avec l’apparition de lourdes contraintes d’éligibilité au dispositif pour les candidats en CDD. Notons que cette évolution entraîne la disparition des Fongecif, qui commencent à licencier à tour de bras au profit des futures CPIR. Pourtant cette évolution est logique, la réforme de la formation professionnelle visant à réaffecter chaque outil à sa véritable destination : la reconversion va naturellement aux ex-CIF, d’autres outils étant dédiés à la formation des demandeurs d’emplois. Pour les très nombreux organismes qui vivaient et se développaient grâce aux contrats CIF, le coup est dur.

Aïe ! L’AIF...

L’autre ressource traditionnelle de nos OF sont les AIF (Aide Individuelle à la Formation) accordées justement par Pôle Emploi aux chômeurs. La question qui se pose en ce moment devant l’accumulation des refus de financements est : mais où est passé l’argent ? Hum ... En partie probablement vers les Régions, qui doucement reprennent la main sur la gestion du dossier formation (voir les tests initiés à la demande du premier Ministre). Les Régions procèdent de plus en plus à des « achats de places de formation » au travers des procédures d’Appels d’Offres, en fonction des besoins identifiés sur leurs marchés locaux de l’emploi. Pauvres OF consommateurs d’AIF qui n’avaient pas anticipé la manœuvre ... pourtant certains attendent encore plein d’espoir les budgets 2020, en espérant un remplissage de la tirelire Polemployeuse. Cette évolution (parmi d’autres) vise à rendre plus efficace la formation des chômeurs et aussi, à faire passer auprès des Régions, la pilule amère de la perte du financement de l’Apprentissage !
Le Centre de Formation des Apprentis change de financeur et s’ouvre largement : le voilà le nouveau graal de l’OF en recherche de budget.

CFA mon sauveur !

Depuis notre réforme nationale, les OF (comme les entreprises) peuvent donc facilement devenir CFA et bénéficier des financements maintenant gérés par les OPCO (remplaçants des OPCA). Visiblement accordés systématiquement, ces financements mettent fin aux affres terribles de l’attente de la décision des commissions du Fongecif ou de Pôle Emploi. Et côté financement, il faut bien reconnaître que les branches professionnelles qui ont fixé les montants, ont eu la main généreuse. Souvent équivalents aux ex-financements du CIF, les montants accordés pour la formation de chaque apprenti, peuvent atteindre quatre fois celui d’une AIF ! Le graal je vous dis ! Alors on se précipite pour devenir CFA. Une petite modif des statuts de l’OF et un Cerfa plus tard, voilà mon organisme devenu CFA et prêt à s’enrichir. Comme dans tout ce qui est excessif et précipité, on voit fleurir du n’importe quoi, tels de microscopiques OF nommant une même personne à la fois Directeur, référent Handicap, référent Mobilité et formateur... Je parie qu’il fait aussi le ménage du centre le dimanche.
Nul doute que l’Etat, via les OPCO et la DIRECCTE viendront bientôt mettre un peu d’ordre dans ce magma, sans oublier que ces nouveaux CFA devront au 01 janvier 2021 satisfaire au Référentiel National de Qualité. Il faudra prévoir une bible de processus à mettre en œuvre pour répondre aux contraintes d’un audit physique et aussi, un petit billet de 5.000 € environ pour rémunérer le certificateur (si vous ne disposez à ce jour que de la seule certification au Datadock). Ajoutons que le CFA derrière son visage de simplicité, est une machine juridiquement complexe qui répond à un empilement de réglementations : Droit du Travail, administration d’un OF, spécificités du CFA, accueil d’apprenants mineurs, accueil des personnes en situation de handicap, animation d’un conseil de perfectionnement paritaire et éventuellement, réglementation dépendant du ministère de l’Education Nationale.
Sans faire le chat noir, on peut prédire que beaucoup de ces CFA improvisés décéderont dans l’exercice.

Les autres pistes

Bienvenue à l’application du CPF, qui permet à chacun de choisir et de payer en ligne sa formation. A peine né depuis quelques jours, le système montre ses forces et ses faiblesses. Avec un pactole moyen sur son compte CPF de 1.500€, l’apprenant candidat à une formation devra la plupart du temps compléter son budget. Auto financement, OPCO, Pôle Emploi ... la boucle se boucle et retourne vers les financeurs habituels. Il n’en demeure pas moins que le dispositif semble fonctionner, avec une limite : la difficulté à s’orienter dans l’offre (certaines recherches de formation donnent 12.000 résultats) et en conséquence, la propension des stagiaires à acheter plutôt de la formation en e-learning plus accessible et des cursus faciles à identifier, telles les formations en langues. Si comme OF vous n’avez pas investi dans le distanciel, il sera probablement difficile d’émerger au travers de cette seule application.

Et alors ?

De toute évidence, la ministre Muriel Penicaud n’avait pas menti, la réforme de la formation professionnelle est vraiment le big-bang annoncé. Mais soyez patient, le changement commence tout juste à montrer ses effets. Il nous mène sûrement vers un paysage à l’allemande, composé de beaucoup moins d’OF, mais beaucoup plus gros. Les vieilles recettes (comme les vieux financements), marchent donc moins bien ; au mieux, ils permettront tout juste de survivre quelques temps à condition de dépenser peu. Pour se développer, il faudra saisir très vite les changements à bras le corps, s’engouffrer à fond dans les nouvelles pistes qui s’ouvrent et surtout, se donner les moyens de faire la course au gigantisme. Via l’évolution des financements, la concentration du secteur de la formation professionnelle est en marche.

Interview : Management d'un OF

Interview à retrouver sur top-management.fr.

Comment un directeur de centre de formation s’accommode de si fréquentes réformes dans la formation professionnelles ?

Au-delà de la veille professionnelle, qui doit être menée rigoureusement, il s’agit d’anticiper. Quels seront les effets de cette loi future ? Comment s’adapter à ce nouveau dispositif à venir ? Le directeur de centre de formation se doit d’être en avance sur toutes les réformes et leurs impacts, pour ne pas les subir.

En quoi le management d’une équipe de formateurs diffère-t-il selon vous d’un management d’une autre activité du tertiaire (en opposition par exemple à un cabinet comptable ou un bureau d’études) ?

Par définition, être formateur, c’est être expert dans sa spécialité. La première chose consiste donc à accorder à chacun la qualité d’être plus compétent que soi-même, dans son domaine spécifique. Donc de faire confiance et de responsabiliser. Ensuite, il convient de permettre à tout formateur d’évoluer dans un environnement facilitateur, ce qui ne s’oppose pas à rigoureux. Le métier de formateur (d’adultes) est un métier qui repose sur les relations interpersonnelles.
Manager une équipe de formateurs, c’est donc : déléguer, accompagner, sécuriser et susciter les échanges et la communication. Pour finir, selon ma vision personnelle, un bon management se doit d’être humble, moderne, positif… et discret.

Avez-vous vu des changements dans les attentes des personnes à former durant ces 5 dernières années ? Lesquelles et comment y avez-vous répondu ?

La formation a bien occupé les devant de la scène professionnelle depuis la réforme de 2014. Le public est bien plus connaisseur, donc attentif à la qualité de prestation. Les personnes savent ce qu’est le CPF, et elles ont compris aujourd’hui que la compétence est primordiale au maintien dans l’emploi, à l’évolution ou à la reconversion.
L’individualisation est également au cœur des préoccupations des candidats à la formation. Aujourd’hui, considérant que chacun a en soi une part de compétences et de capacités, c’est donc à la formation de s’adapter à l’apprenant, et non l’inverse.

Malgré un secteur d’activité assez instable, du aux réformes, vous avez ouvert un nouveau centre de formation et continuez à investir, quels ont été les investissements les plus stratégiques de votre point de vue et pourquoi ?

Neo Sphere a grandi vite et fort. Les raisons à cela sont simples, mais fondamentales : nous avons dès le début pris l’orientation de l’humain et de la Qualité. Et pour cela, nous n’avons pas eu à forcer notre caractère : du secrétariat à la direction, en passant par les directeurs d’opérations, nous sommes tous issus du tourisme et de l’animation en France et à l’étranger, depuis les métiers d’animateurs à ceux de la direction. Or, dans ces métiers, certaines notions sont intimement liées à la réussite : la notion de service, de qualité de prestation, la communication souriante, l’écoute et la disponibilité.
Aujourd’hui, les candidats nous le disent très clairement : on est venu chez vous car on s’y sent bien. La recommandation est d’ailleurs l’une de nos principales sources.

Il règne dans les équipes un bien être évident, une décontraction qui tranche avec les séminaires d’entreprises sur le bien-être au travail à destination d’entreprises qui le prône tout en étant en réalité à l’opposé des valeurs affichées. C’est quoi la recette d’un management apaisé et entrainant ?

Je ne suis pas sûr qu’il y ait une recette idéale. Pourtant il s’agit bien de mélanger des ingrédients, et d’avoir un chef qui tienne la cuillère. À Neo Sphere, ces ingrédients sont d’abord mutuels : humilité, confiance, reconnaissance et transparence. Chez nous, l’ambiance est primordiale. Le matin, l’accueil se fait en musique ! Nous organisons également de nombreux évènements tout au long de l’année afin de créer des « moments plaisirs » et avons pour devise d’être sérieux sans nous prendre au sérieux.
Sur le management et la fonction de direction, j’ai la faiblesse de croire qu’aujourd’hui, le recrutement d’un collaborateur ne devrait s’axer que sur trois critères : l’humeur constante positive, la motivation dans le projet et la capacité réelle à se remettre en question en permanence. Si je forme bien mon collaborateur, que je montre le chemin, que ce chemin est éclairé, sécurisé et valorisant, et que je représente moi-même un exemple à suivre, alors la réussite professionnelle sera au rendez-vous et le partenariat sera gagnant-gagnant.
Le management, quand il est inné, n’est qu’une formalité du quotidien.

adopteuneformation

Les inscriptions pour les formations de la rentrée sont ouvertes !

 adopteuneformation

Rejoignez "l'expérience Neo Sphere" en bloquant votre place dès maintenant.

Et maintenant, sans transition...

transition

Doit-on s'inquiéter de la passation de pouvoir entre les Fongecif et les "Transtion Pro" (les CPIR morts avant d'avoir vu le jour) ?

Nul besoin d'être doté d'une grande mémoire pour se rappeler que la fin du CIF, gérée d'une main de maître, avait conduit de nombreux organismes de formation au bord ou au-delà du gouffre.

Aussi, quand on connait un peu les délais et procédures, on peut raisonnablement penser que les Fongecif n'accepteront plus de dossiers CPF TP à compter du 31 octobre 2019 (commissions paritaires en lien avec les 60 jours minimum de dépôt de dossier avant le début de l'action).

En parallèle, rappelons que les "Transition Pro" de région débuteront officiellement au 1er janvier 2020.

Encore une fois, pirouette, cacahuète, un petit trimestre de relais risque de passer à la trappe, ni vu ni connu. Nouvelle petite fièvre hivernale en perspective ?

A moins que l'application CPF ne fasse son apparition début octobre, fonctionne, référence équitablement l'offre, et gère les dossiers de transitions ! Voilà voilà...